puce

«Vaud 5»

puce

«Neuchâtel»

puce

«Winterthur»

18 janvier 1850 - Vaud 5

Le taux de change fixé par la Confédération entré en vigueur le 1er octobre 1849 ne donnait pas satisfaction ni à l'administration qui avait l'obligation d'effectuer des décomptes compliqués, ni à l'usager qui devait payer 3 centimes plus cher le port pour le Canton. Aussi, après moult lettres de réclamation, un nouveau taux de change fut fixé et appliqué.

Ainsi, la Feuille d’avis du Canton de Genève du 22 janvier 1850 publia-t-elle le communiqué suivant :


«ADMINISTRATION DES POSTES SUISSES»

Le Conseil fédéral a, par décision du 26 décembre dernier, fixé de la manière suivante la réduction des Rappen en centimes pour l'usage de l’administration des Postes à Genève :


Pour se conformer à cette décision, la Direction des postes genevoises fit corriger par le lithographe Schmid la planche du 4 centimes qui comportait à l'origine 100 timbres obtenus au moyen du report du dessin primitif effectué cent fois sur la pierre lithographique.

Tous les timbres de 4 centimes étaient dès lors semblables les uns aux autres. Mais au moment de changer la valeur, le lithographe conserva la même pierre et se contenta d'effacer par ponçage le chiffre 4 sur chacun des 100 timbres de la pierre pour le remplacer par le chiffre 5.

 

Ces nouveaux chiffres dessinés séparément à la main ne se ressemblent par conséquent pas si bien que cela, car on trouve autant de variétés du chiffre 5 qu'il y a de timbres par feuille.    

En ce qui concerne l'impression, la couleur du fond passe du gris au noir intense, tandis que celle de l'écusson va du rouge pâle au rouge vif et du vermillon au carmin.

Quant au papier, il varie d'épaisseur et de teinte, allant du blanc au jaunâtre.

Le tirage exact du «Vaud 5» n'est pas davantage connu que celui du «Vaud 4», mais en raison de son coefficient de rareté, on peut l'estimer à 1000 feuilles, soit 100’000 exemplaires.

Dans la même Feuille d’avis Officielle du 22 janvier 1850, il a été écrit, sous le titre :


«ADMINISTRATION DES POSTES SUISSES» :

«Le public est informé qu'à dater de ce jour, l'Administration fait vendre à présent à 5 c. aux bureaux de poste de Genève, Carouge et Chêne, des timbres d'affranchissement (estampilles) valables pour la ville et le canton de Genève, sauf l'enclave de Céligny».


Dès le 22 janvier 1850, le port fut donc de nouveau unifié à 5 centimes dans tout le canton à l'exception de la commune de Céligny.

Ce timbre présentait cette particularité de ne pas être valable en dehors du canton de Genève, alors même que son prix de 5 centimes était le même que celui du Rayon 1 utilisé dans toute la Suisse. Cette règle était d'ailleurs valable pour tous les timbres cantonaux de Genève, et ceci jusqu'au 1er janvier 1852.

Céligny, enclave genevoise dans le canton de Vaud, située près de Nyon, a été détachée postalement du canton de Genève.

Malgré cette règle, on connaît quelques lettres affranchies du «Vaud 5» à destination d'autres cantons.

L’émission de ce timbre coïncida avec la mise en service de la quatrième rosette dont la croix et le centre furent évidés.


9 août 1851 - Neuchâtel

L’origine du nom de «Neuchâtel» donné à ce timbre-poste n'est pas davantage connue que celle des «Vaud 4 » et «Vaud 5».

Exclusivement genevois, il n'a jamais eu cours dans le canton de Neuchâtel.

On ignore aussi les raisons pour lesquelles il a été émis. Le «Vaud 5» arrivait-il à épuisement ou sa planche d'impression était-elle devenue inutilisable ? Ou encore l'administration genevoise a-t-elle voulu émettre ce timbre pour l'adapter au format du 2 ½ Rp «Poste-Locale» fédéral paru en juillet 1850.   

Les archives ne donnent pas de réponse à ces questions. On sait seulement que la Direction des Postes genevoises a commandé en août 1851 à l'imprimerie Schmid un nouveau timbre-poste de même apparence que les «Orts-Post» et «Poste-Locale».

 

Imprimé par le procédé de la lithographie, ce timbre-poste a une dimension de 25,5 mm sur 18,5 mm et présente au centre l'écusson fédéral sans encadrement de la croix, écusson entouré d'ornements et d'arabesques et surmonté d'un cartouche réservé à l'inscription «POSTE LOCALE». Dans le cartouche inférieur, figure la valeur, 5 centimes, étant observé que la dernière lettre, le «s» est imprimé en italique, tandis que les autres lettres sont en caractères romains.

 

La découverte d'une partie d'une feuille d'essai - sans la couleur de l'écusson comprenant cinq bandes de 10 pièces permet d'affirmer aujourd'hui que ce timbre a été imprimé en feuilles de 100 exemplaires.

En revanche, on ignore actuellement son tirage exact, faute de documents justificatifs. Il serait de l'ordre de 25'000 pièces.

La date exacte de la mise en ventu du «Neuchâtel» n'est pas connue. Il est possible qu'elle se situe le 7 août 1851 car la grille fédérale a été utilisée dès ce jour-là.

La première date actuellement connue est le 13 août 1851.

Le «Neuchâtel» est le dernier témoin d'autonomie cantonale dans le domaine postal. Le nombre restreint d'oblitérations différentes sur ce timbre-poste s'explique par les dispositions de la circulaire fédérale du 1er août 1851 adressée aux directions des arrondissements postaux et introduisant l'emploi obligatoire de la grille fédérale.


25 février 1850 - «Winterthur»

Imprimé en typographie et en deux couleurs, ce timbre est connu sous l'appellation «Winterthur». Il servait au paiement des taxes réduites pour le trafic local dans d'importantes localités des cantons de Zurich, Schaffhouse, Thurgovie et Zug. La première date d'utilisation connue est le 25 février 1850.

 

 

Deux «Winterthur» couvraient le factage dans le Rayon I.

Nous ne connaissons ni le nom du créateur, ni le chiffre de tirage, ni le nom du dessinateur.

On estime qu'une feuille originale se composait de dix rangées de cinq timbres.

 

Une belle lettre avec un «Winterthur» est une pièce rare, très peu de timbres ayant été utilisés pour le rayon local, la majorité connue étant des paires pour faire 5 rappen. Une lettre affranchie avec une seule pièce vaut le double d'une autre affranchie avec une paire.

Période de validité des timbres «Vaud 4» - «Vaud 5» - «Neuchâtel» - «Winterthur», jusqu'au 30 septembre 1854.


| Historique - Vaud 4 | Vaud 5 - Neuchâtel - Winterthur |