puce Impression de Munich, 1ère émission
puce Impression de Munich, 2ème émission

Le 15 septembre 1854 est enfin sortie la série de timbres en relief prévue lors de la réforme monétaire de 1851 et qui aurait due être mise en vente dès le 1er janvier 1852. La vente des timbres «Rayon» étant encore en vigueur jusqu'au 30 septembre 1854, les philatélistes recherchent ardemment les affranchissements mixtes comprenant les deux différentes émissions.

Le Département des postes prévoyait une nouvelle série de timbres réalisée en lithographie multicolore. A cause du prix trop élevé, la typographie et l’impression en relief ont été choisies et combinées.

La réalisation de ce travail devait être confié à l’Imprimerie fédérale des monnaies qui ne possédait ni le matériel, ni le personnel qualifié pour effectuer cette tâche.


Impression de Munich 1ère émission (15 septembre 1854) papier mince, fils de soie vert, couleurs mates

(22 Aa - 23 Aa - 24 Aa - 26 Aa)

            La commande fut donc passée à l’imprimerie de l’Université de Weiss à Munich. Cette imprimerie travaillait alors sur le tirage de la série des timbres de Bavière, selon le même procédé, soit typographie et impression en relief. M. Weiss reçu commande pour réaliser les timbres de 5, 10 et 15 Rp à livrer pour le 1er janvier 1852. Une quatrième valeur, un 40 rappen destinée à l'affranchissement pour l'étranger devant être livrée plus tard. 

  

Toutefois, il du également s’occuper de la formation des imprimeurs et commander le matériel nécessaire. Et pour diverses autres raisons, le délai fixé au 1er janvier 1852 n’a pas pu être tenu.

Les premiers «Rappen» livrés par l’imprimerie Weiss sont arrivés à Berne dans le courant de l’automne 1852, soit :

100'000 exemplaires du 5 Rappen brun orange

200'000 exemplaires du 10 Rappen bleu clair

250'000 exemplaires du 15 Rappen rose clair

150'000 exemplaires du 40 Rappen vert- jaune pâle


Impression de Munich 2ème émission (1854) papier mince, fils de soie vert, couleurs vives

(22 A - 23 A - 24 A - 26 A)

Le premier tirage a été réalisé sur du papier humide pour satisfaire aux exigences de l’Imprimerie fédérale des monnaies, ce qui permit une meilleure diffusion de la couleur. Les contours de certaines lignes se remarquent assez faiblement.. C’est surtout dans les 5 et 40 Rappen que l’on peut affirmer avec certitude qu’il s’agit du premier tirage, car la couleur est très particulière. De ce fait, il est relativement facile d’identifier le premier du second tirage des impressions de Munich.

          

                                                                         1er tirage (Aa)                          2ème tirage (A)

La gravure des «Rappen» a été réalisée sur acier par le professeur Voigt, médailleur de la Cour royale bavaroise. Celui-ci ne pouvait travailler que 3 ou 4 heures par jour car les conditions d’éclairage étaient troublées par un temps gris accompagné d’un épais brouillard.

Elle représentait «Helvetie assise» avec l’écusson et l’épée, rappelant fortement la monnaie de l’époque. L’imprimeur a eu de gros problèmes, car lors de l’encrage, il était très difficile d’éviter que la couleur se mette dans les plis du relief. 

Le graveur dut creuser le dessin à plusieurs reprises pour éviter ce grave inconvénient. Par la suite, des problèmes de gommage survinrent, provoqués justement par la taille profonde du cliché. Pour garder le relief et avoir un bonne impression des timbres, la force de trois ouvriers était nécessaire sur la presse à main et il n’est pas étonnant qu’en novembre 1852 déjà, les deux presses aient été hors d’usage.

A cette époque, les besoins suisses par trimestre étaient estimés à :

500'000 timbres de 5 Rappen – 1'000'000 timbres de 10 Rappen et 1'000'000 timbres de 15 Rappen.

Le tirage journalier était de 800 feuilles de 100 timbres. La réalisation de cette commande devait durer jusque dans le courant de 1854. Le papier provenait de la fabrique Pasing près de Munich.

Comme protection contre les faussaires, le papier contenait des fils de soie verts disposés horizontalement de façon à ce qu’un fil se trouve dans chaque rangée de timbres.


| Introduction | Impressions de Munich | Impressions de Berne |

| Séries complètes, dates d'émission des timbres |

| Nuances Impr. de Munich 1 (22 Aa-26Aa) | Nuances Impr.de Munich 2 (22 A-26 A) | 

 | Nuances Impr. de BE 1 (22 B-25 B) | Nuances Impr. de BE 2 (22 C-27 C) |

| Nuances Impr. de BE 2 (22 D-27 D) | Nuances Impr. de BE 2 (23 E-27 E) |

| Nuances Impr. de BE 3 (22 F-25 F) | Nuances Impr. de BE (dernière) 21 G-26 G |