Les précurseurs

  Les lignes aériennes

  Introduction de la poste aérienne

  Timbres de la poste aérienne

Les précurseurs

Depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui, le trafic aérien a connu un développement et un rayonnement exceptionnels. Déjà au début 1900, du temps des pionniers, alors que les avions ressemblaient à des cerfs-volants, que les pilotes appelaient eux-mêmes «caisses en fils», on a essayé d’utiliser l’avion comme moyen de transport postal. Alors que l’on cherchait différents moyens pour acheminer le courrier, l’ombre de la Première Guerre mondiale arrivait.

En Suisse, on essayait de tirer parti de cette invention dans des domaines civils, alors que dans le reste du monde, on pensait à l’aviation sur le plan militaire.

Dans notre pays, les pionniers de l’aviation avaient pour noms Oskar Bider, Armand Dufaux, Charles Favre, Henry Kramer et bien d’autres. Ceux-ci parcouraient la Suisse en faisant des vols de propagande, et dans la plupart des cas, ils transportaient du courrier.

La Poste autorisa les organisateurs à créer des vignettes postales afin de financer les vols. Toutefois, il fallait affranchir les plis avec en plus des timbres courants afin de pouvoir les envoyer plus loin.

Ces timbres semi-officiels virent le jour en 1913 avec le consentement  des Postes, lors des «Journées de l’aviation»  qui eurent lieu à Sion, Aarau, Berne, Bâle, Herisau, Langnau, Berthoud, Laufon, Liestal et Lugano. Ils furent oblitérés avec des tampons postaux spécialement créés pour ces journées, et qui depuis sont gardés au Musée de la poste.  Les bénéfices ont été reversés au «Fonds pour l’aviation militaire».

Les philatélistes recherchent ces pièces à cause de leur histoire. En effet, les cartes et les lettres ayant voyagé étaient d’une part jetées directement depuis l’avion et d’autre part portaient souvent la signature du pilote.

Ces vignettes sont appelées «Précurseurs» par les collectionneurs.  

Toutes les oblitérations en couleur des «Journées de l'aviation» sont très sensibles. Les couleurs diluent au lavage. De ce fait, le décollement de ces timbres ne doit se faire qu'à sec. Ceci est également valable pour  les journées de démonstration des timbres de l'émission de 1923.

«Timbres Précurseurs» - Nos I - II - III - IV - V - VI - VII - VIII - IX - X - XI - 0I

 

 

 

Les lignes aériennes 

Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, la Suisse mit tout en œuvre afin de développer la technique de l’aviation. On construisit des avions de combat, d’observation ainsi que des bombardiers a plusieurs moteurs pour le transport de grosses charges. Ceci permit à la fin de la guerre d’avoir une série de machines qui après modifications, purent être utilisés pour l’aviation civile.

En 1919, une ligne aérienne régulière Zurich-Berne-Lausanne a été introduite.

Dès novembre 1920, un vol avec du courrier postal était effectué entre Bâle et Francfort.

En 1922, il a été créé un vol régulier entre Genève-Zurich-Nuremberg. C’est ainsi que la Suisse entra dans le réseau des lignes européennes.

Introduction de la poste aérienne

L’introduction de la poste aérienne n’a pas été facile. Beaucoup de vols étaient annulés à cause du mauvais temps. Les lignes aériennes n’étant pas assez fréquentées et par voie de conséquence pas assez rentables. Ce service, instauré le 30 avril 1919 fut supprimé le 31 octobre de la même année.

Timbres de la poste aérienne

Le premier timbre de la poste aérienne a été émis par les Postes pour le courrier postal de la ligne Zurich-Berne-Lausanne. Il s’agissait du timbre de 50 centimes vert de la série «Helvetia avec épée». Ce timbre fut surchargé avec l’insigne de l’aviation militaire suisse, ceci en rouge. Sur un million et demi de timbres prévus pour la vente, seuls cinq cent mille furent utilisés. C’est ainsi que ces premiers timbres de poste aérienne d’une durée d’environ six mois donna un résultat négatif.  

Le deuxième timbre de la poste aérienne sortit en novembre 1920, mais cette fois pour une ligne hors de la Suisse. Il s’agissait de la ligne Francfort-sur-le-Main-Lörrach-Francfort. Ce service aérien faisait la liaison depuis Francfort avec les trains de nuit de Berlin, Cologne et Leipzig. A Lörrach, ce service aérien prenait le courrier de nuit en provenance de Genève et Milan, ainsi que celui du matin de Berne et Zurich.  

Pour cette taxe aérienne, on utilisa à nouveau un timbre de la série «Helvetia avec épée», soit le timbre de 30 centimes, également surchargé de l’hélice rouge.  Pour le courrier par avion, la poste aérienne suisse s’est d’abord efforcée d’offrir des relations à bon compte avec les lignes étrangères pour le courrier.

Le 1er juin 1922, la société aérienne suisse «Ad Astra» prit en charge la liaison aérienne Genève-Zurich-Nuremberg qui avait une correspondance avec la ligne allemande Berlin-Leipzig-Nuremberg-Munich-Augsburg. Cette ligne était spécialement destinée au transport du courrier à destination de l’Allemagne du Nord et de l’Est, de la Scandinavie et des Etats baltes.

Durant ces années, ont dut supprimer, sur la plupart des lignes aériennes, les vols effectués pendant l’hiver, ceci à cause des mauvaises conditions atmosphériques. Chaque printemps, ces lignes étaient remises en services et des améliorations étaient entreprises.  


| Les précurseurs - Les lignes aériennes - Introduction de la poste aérienne - Timbres de la poste aérienne |

| Timbres-poste spéciaux 1923 - Conférence mondiale de la paix à Genève - Timbres surchargés - Premier timbre Pro Aero |

| Taille-douce 1941 - Vingt-cinquième anniversaire de la poste aérienne - Inauguration d'une ligne à travers l'Atlantique - Timbres Pro Aero |