puce

1862 - Papier blanc

L'émission des «Rappen» ou «Strubeli» n'a pas connu à l'époque le succès qu'elle a actuellement. Les gens trouvaient que l'Helvetie avait des cornes et qu'elle dormait, car on ne voyait pas le détail du visage.

Bien du monde aurait préféré voir ce visage de profil, ceci comme sur la monnaie helvétique. De plus, les frais de fabrication des «Rappen» étaient très élevés par rapport aux timbres d'autres pays. Les coûts de production à l'étranger étaient de Frs. 0.30 à Frs. 0.90 centimes pour mille pièces. En Suisse, le prix de revient était de Frs. 1.25, cela à cause du papier avec fil de soie.

1862 - Papier blanc

Une nouvelle réforme tarifaire étant prévue pour le 6 février 1862, il a été décidé d'émettre une nouvelle série de timbres. Entre-temps, de nouveaux contrats avaient eu lieu entre différents pays, ce qui obligea aussi la création de nouvelles valeurs.

Pour les imprimés jusqu'à 15 grammes en Suisse, le 2 centimes gris était valable.


Le 3 centimes noir pour les imprimés jusqu'à 40 grammes pour l'Italie.


Le 5 centimes brun pour les lettres locales jusqu'à 10 grammes.


Le 10 centimes bleu pour les lettres locales au-dessus de 10 grammes.


Les lettres recommandées jusqu'à 10 grammes en Suisse étaient affranchie au moyen du 20 centimes orange.


Le 30 centimes rouge était utilisé au port jusqu'à 10 grammes pour les lettres à destination de la France, de l'Italie et de la Belgique.


Le 40 centimes vert représentait l'affranchissement d'une lettre ne dépassant pas 15 grammes, pour l'Allemagne.


Pour l'Espagne, le 60 centimes bronze-cuivré était nécessaire pour 7 ½ grammes.


Le 1 Franc or était utilisé pour les envois outre-mer..


Timbres dentelés

En 1854, la Grande-Bretagne introduisit la perforation des timbres, ceci pour séparer les timbres sans avoir recours aux ciseaux.

La Suisse décida d'introduire ce système.

On renonça à utiliser du papier avec fil de soie, pensant qu'avec une dentelure et l'introduction d'une marque de contrôle dans le papier, soit une croix dans un ovale, la protection contre les faussaires était suffisante.

La création de l'original fut confiée au graveur des monnaies Riess de Munich. Les travaux d'impression ont été faits par l'Imprimerie fédérale des monnaies à Berne. Le procédé typographie-relief a de nouveau été utilisé. Il existe également dans cette émission de nombreuses variétés. Dans plusieurs valeurs, lors de la fabrication du cliché d'impression, la plaque de métal a été mise à l'envers dans la presse, ce qui provoqua une impression renversée. Tout collectionneur désire acquérir une telle variété.

Une autre nouveauté fut l'emploi d'une couleur métallisée pour les 60 «Rappen» et 1 Franc. Au début, le 1 Franc a été imprimé avec une couleur brun-rouge, puis jaune clair et les feuilles encore humides furent revêtues de poudre d'or qui s'imprégnait dans la couleur. L'excédent de poudre était secoué et les feuilles à nouveau mises dans la presse, mais sans encrage.

De ce fait, on peut distinguer le premier tirage du 1 Franc bronzé doré rougeâtre des suivants qui sont nettement plus jaunes. Ce 1 Franc bronzé doré rougeâtre est très rare à trouver dans une bel état de fraîcheur.


| 1862 - papier blanc |

| 1867 - Couleurs modifiées et nouvelles valeurs - 1881 - Papier mêlé - Mêmes valeurs |

| Date d'émission des timbres |