puce

Emission 1907 (Papier mêlé filigrané)

puce

Les retouches

1907

Papier mêlé filigrané - Dentition 11 1/2 : 12 - (14 dents verticales)

94 A - 95 A - 96 A - 97 A - 98 A - 99 A

Dentelure rare - 100 A

Les retouches   

L’attrait majeur dans les émissions «Helvetie debout» est sans doute la recherche des retouches. Il faut savoir qu’avant la retouche, il faut rechercher les défauts de planche et les usures qui l’on précédée.

La plupart des retouches ont été effectuées sur les planches d’impression, mais quelques-unes datent des étapes précédentes, c’est-à-dire de la confection des planches.

Les emplacements usés ou défectueux sur les planches ont été retouchés principalement au moyen de deux instruments :

Pour redessiner les lignes de la gravure, on se servait du burin. La roulette servait pour creuser des pointillés ou de petits traits plus ou moins alignés à la surface de la planche d’impression.

Un troisième instrument, le polissoir servait à atténuer les traits d’une gravure trop profondément creusés, donc trop larges. La surface des planches en était également améliorée lorsqu’elles étaient trop bombées ou lorsqu’elles étaient atteintes par la corrosion. Celle-ci se traduisait sur les timbres par des zones envahies de petits points fins et nombreux, des zones vérolées, qui donnait au papier une coloration indésirable dans les marges, la robe, etc.

L’origine des emplacements pointillés pouvait aussi être un dépôt de cuivre à la structure cristalline trop grossière sur la cathode lors de la confection des planches dans le bain galvanique. Ces dépôts se produisaient surtout lorsque le bain était insuffisamment concentré.

Le polissoir était passé sur les emplacements défectueux de la planche, en appuyant légèrement, ce qui avait pour effet d’en égaliser la surface. L’encre ne pouvait alors plus s’y accrocher. De plus, les flancs des traits de la gravure allaient légèrement se rapprocher et donc imprimer des traits plus fins.

Conclusion

L’impression des timbres «Helvetie debout» se faisait en héliogravure. L’humidification du papier avant l’impression était nécessaire. L’étirement du papier se révéla être irrégulier qui après séchage entraînait des décalages sensibles dans l’alignement initialement prévu des timbres. De ce fait, beaucoup de timbres étaient mal centrés.

De plus, les valeurs supérieures à 30 centimes ont le plus souvent été utilisées pour l’envoi de paquets, où l’affranchissement se faisait rarement soigneusement.

Donc, les timbres «Helvetie debout» bien centré et proprement oblitérés sont des exceptions.

Quant aux blocs de quatre oblitérés avec un seul cachet propre et lisible, ils sont rarissimes.

Période de validité des «Helvetie debout», jusqu’au 31 décembre 1924.


| Premiers essais - Impression, taille et papier - Taille douce sur cuivre | Emission 1882-1893 |

| La gomme - Processus d'impression - Planches d'impression - Presses |

| Contrat - Séparation des timbres - Emission 1889 - Papiers et marques de contrôle |

| Emission 1891-1898 | Emission 1894-1900 - Emission 1899-1902 | Les quatre dentelures |

| Emission 1901-1904 | Congrès de l'UPU - Planches des 25 et 40 cts |

| Emission 1901-1904 -  Emission 1905-1907 - Papier blanc filigrané |

| Emission 1906 - Papier blanc - Couleurs et nuances

| Emission 1906-1907 - Papier blanc filigrané - Emission 1907 - Papier blanc filigrané - Défauts de planches |

| Emission 1907 - Papier blanc filigrané - Les retouches |

| Emission 1907 - Papier mêlé filigrané | Les raretés | Premières dates d'oblitérations |

| Nuances des 20 cts | Nuances des 25 cts | Nuances des 30 cts | Nuances des 40 cts |

| Nuances des 50 cts | Nuances des 1 fr | Nuances des 3 frs |