puce

Emission 1906  (Papier blanc filigrané)  

puce

Les couleurs et les nuances   

1906

Papier blanc filigrané - Dentition 11 1/2 : 11 -  (13 dents verticales)

93 A

Couleurs et nuances

Les émissions «Helvetie debout» ayant été étalées sur vingt-cinq ans, il n’y a rien d’étonnant qu’une gamme de nuances ait été offerte aux collectionneurs.

Il faut savoir que les encres étaient fabriquées artisanalement et que les opérations d’impression étaient manuelles.

En ce qui concerne la détermination des nuances, celle-ci est une affaire d’appréciation individuelle. Comme il s’agit d’une évaluation humaine, elle est par essence subjective. Plusieurs facteurs peuvent influencer le jugement : la source de lumière, qu’elle soit naturelle ou artificielle et la fatigue de l’observateur. Il y a aussi le fait d’avoir le désir plus ou moins conscient d’apercevoir la nuance rare. Enfin, des facteurs physiques ou chimiques ont pu modifier la couleur du timbre : tentatives de falsification, ensoleillement, humidité, influence de la gomme, etc.

Aujourd’hui, les laboratoires ont recours à des instruments sophistiqués pour mesurer une couleur et ses composantes, mais il est clair que l’immense majorité des collectionneurs doit se contenter de ses appréciations visuelles.

Qu’est-ce qu’une couleur ? Sur un timbre-poste, celui-ci possède une couleur qui lui est propre. Elle dépend de la partie du spectre lumineux qu’il absorbe et de la partie qu’il renvoie. Les corps qui absorbent la lumière qu’ils reçoivent en totalité sont appelés noirs. Ceux qui la renvoient sont appelés blancs. Entre les deux, se trouvent toutes les intensités de gris.

Trois couleurs fondamentales sont connues : jaune – rouge – bleu. Lorsqu’on fait le mélange de deux d’entre-elles, il en est tiré les couleurs secondaires, soit :

Jaune et rouge = orange

Bleu et jaune = vert

Rouge et bleu = violet

La couleur complémentaire de l’orange est le bleu, celui du vert est le rouge et celui du violet le jaune. Lorsqu’on additionne une couleur et sa complémentaire, cela donne un ton noir.

En ce qui concerne les mélanges de couleurs diverses, comme par exemple le brun-rouge, le jaune-brun et le bleu-vert, elles peuvent être obtenues par le mélange des trois couleurs fondamentales, le mélange d’une couleur et de sa complémentaire ou de deux couleurs fondamentales plus le noir.

Lors de l’appréciation de la couleur d’un timbre, le collectionneur ne doit pas être tenté de «lorgner» trop fortement du côté de celle qui a la cote la plus élevée. 


| Premiers essais - Impression, taille et papier - Taille douce sur cuivre | Emission 1882-1893 |

| La gomme - Processus d'impression - Planches d'impression - Presses |

| Contrat - Séparation des timbres - Emission 1889 - Papiers et marques de contrôle |

| Emission 1891-1898 | Emission 1894-1900 - Emission 1899-1902 | Les quatre dentelures |

| Emission 1901-1904 | Congrès de l'UPU - Planches des 25 et 40 cts |

| Emission 1901-1904 -  Emission 1905-1907 - Papier blanc filigrané |

| Emission 1906 - Papier blanc - Couleurs et nuances

| Emission 1906-1907 - Papier blanc filigrané - Emission 1907 - Papier blanc filigrané - Défauts de planches |

| Emission 1907 - Papier blanc filigrané - Les retouches |

| Emission 1907 - Papier mêlé filigrané | Les raretés | Premières dates d'oblitérations |

| Nuances des 20 cts | Nuances des 25 cts | Nuances des 30 cts | Nuances des 40 cts |

| Nuances des 50 cts | Nuances des 1 fr | Nuances des 3 frs |