Les variétés

Le terme général de variétés ou variétés accidentelles désigne, les accidents, les erreurs de manipulation, etc. qui se sont produits non seulement pendant l'impression, mais aussi lors d'autres étapes de la confection des timbres (par ex. la dentelure), ou même bien avant, lors de la fabrication du papier, de l'encre, etc. La tabelle des variétés les contient toutes. La bonne partie d'entre elles ont été illustrées et les numéros de la tabelle accompagnent les illustrations. 

Les variétés ne font pas partie des défauts de planches et des retouches.

Cas-limites entre variétés accidentelles et défauts de planches 

La différence entre une variété accidentelle d'impression et un défaut de planche n'est pas simple à définir, car la limite entre ces deux accidents n'est pas toujours franche.

De prime abord, cela devrait être facile. Si une défectuosité se répète de façon exactement semblable à elle-même sur deux ou plusieurs timbres, il s'agit d'un défaut de planche, et si elle ne se répète pas, c'est une variété accidentelle. On pourrait s'arrêter là. Mais quelques exemples vont montrer que les choses ne sont pas toujours aussi simples.

Une variété accidentelle : sur le 98A de 1907, les spécialistes connaissent une tache sur le diadème, qui a été appelée «Kopfputz» (=coiffure bonnet). Cette tache a longtemps été catalogués comme défaut de planche, mais elle prend des formes et des dimensions variables. Elle est en réalité produite par un corps étranger qui est resté sur la planche pendant un certain temps (case 17 de la planche IIa).


On trouve sur le type I du 25 centimes des défauts de planches d'aspect parfois très divers. En voici quelques uns :

La tache sur le pied de l'Helvetia que l'on rencontre à la case 41 de la planche Is, employée pour les 67 B, 67 Ag, 67 C, 67 D et 73 D est souvent différente d'une pièce à l'autre, comme le montrent les trois 67 D ci-dessous.

       


Sur les mêmes valeurs 67 B, 67 Ag, 67 C, 67 D et 73 D, on trouve à la case 140 de plusieurs planches une grande tache en haut à droite que l'on appelle «Fahne» (=drapeau, peut-être à cause de son aspect sur certains 73 D. L'origine de cette tache remonte à une planche intermédiaire de 400 cases, dernière étape avant la confection des planches d'impression proprement dites. L'aspect de cette tache est extrêmement variable, bien davantage encore que pour la précédente. Non seulement la forme et les dimensions de cette tache varient d'une planche à l'autre, mais elle se présente parfois très différemment sur des timbres de la même planche.

Voici quatre 67 D, tous de la case 140 de la planche Is, et dont les taches vont d'un extrême à l'autre :


Sur une autre planche moins bien connue (Ir), qui a servi entre autres pour le 73 D, on observe également sur le cas 140, des taches de formes très différentes. On pourrait supposer que ces taches d'aspect si variable n'ont pas la même origine ... Pourtant il n'en est rien, c'est un simple enfoncement à la surface de la planche, qui s'est plus ou moins rempli d'encre lors de l'impression, et selon l'efficacité de l'essuyage, il en a subsisté peu ou beaucoup, ce qui a produit sur les timbres une tache très petite ou très étendue. On aperçoit souvent les traces de l'essuyage.

Pour clore ce chapitre, des cas-limites entre défauts de planches et variétés accidentelles, mentionnons encore ces deux 73 D avec leurs taches dans les marges en haut à gauche, qu'il est bien difficile de classer dans l'une ou l'autre des deux catégories.

   


| Les variétés |

| Tabelle des variétés |

| Usures et défauts de planches - Double moletage - Défauts de planches |

| Les retouches - Introduction - Cas-limites entre variétés et retouches |

| Les retouches - L'illustration des retouches |

| Retour à la page principale Helvetie Debout / Les défauts de planches et les retouches |