puce

  Filigrane debout ou couché

C'est en 1924, lors de la troisième édition du Manuel Zumstein que l'attention des philatélistes a été attirée sur le fait que le filigrane grande croix pouvait se présenter debout ou couché sur certaines émissions. Alors que les collectionneurs de tous les pays accordent généralement une bonne attention aux variations de ce genre, le phénomène, curieusement, n'a rencontré aucun écho dans notre pays.

Dans la 24ème édition du catalogue spécial Suisse de la maison Zumstein, cette différence a été présentée pour la première fois. Un philatéliste d'Oberägeri, M. Axel Herms, s'est attaqué en pionnier à l'étude systématique de cet intéressant problème.

Il est reproduit ci-dessous, les deux positions du filigrane grande croix (debout / couché) dans les émissions où les deux variantes existent.

Filigrane en position debout

Croix large et basse

Les bras voisins des croix sont alignés verticalement

Filigrane I (debout)


Filigrane en position couchée

Croix haute et étroite

Les bras voisins des croix sont alignés horizontalement

Filigrane II (couché)


Les collectionneurs peuvent donc maintenant différencier les deux positions du filigrane grande croix, un peu comme la différence est déjà faite dans les deux formats de la marque de contrôle ovale.

Jusqu'en 1908, les timbres suisses étaient imprimés uniquement sur du papier non gommé. C'est donc après l'impression que les feuilles de timbres étaient munies de gomme. L'opération étant effectuée par une machine conçue par la firme F. Heim à Offenbach. Deux ouvriers parvenaient à gommer 15 feuilles de timbres à la minute, puis ces feuilles étaient mises au séchage, suspendues à un dispositif de 35 m de long placé au-dessus de tuyaux chauffés à la vapeur. Cette opération durait un quart d'heure. Les feuilles étaient ensuite lissées, empilées avec des protections intercalaires et passaient sous une presse hydraulique.

En avril 1908, la papeterie Oberhänsly & Cie à Herisau, réussit à confectionner des rouleaux de papier préalablement gommés. Dès lors, la fabrique an der Sihl livra uniquement du papier déjà gommé, destiné à la production des timbres imprimés en typographie. Ce changement nécessita la modification du sens de marche du papier.

Jusqu'en 1908, les rouleaux de papier, d'une largeur de 2 m environ, étaient débités en bandes de 55.8 cm de largeur, d'où étaient tirés des groupes de quatre feuilles de 49.2 x 55.8 cm prêtes à recevoir l'impression de quatre feuilles de 100 timbres.

Dès 1908, les rouleaux de 2 m de largeur ont été coupés en rouleaux plus petits de 50 cm. Les feuilles destinées à l'impression étaient produites à partir de ces nouveaux rouleaux. Elles mesuraient tout d'abord 55.8 x 50 cm, puis 54 x 50 cm. Ces feuilles portaient le filigrane grande croix en position couchée, alors que les feuilles non gommées de la période précédente avaient le filigrane debout. Les timbres imprimés de 1908 à 1912 se rencontrent sur les deux sortes de papier.


Différenciation des filigranes I et II

Comme les croix sont disséminées sur toute la surface de la feuille, les dessins produits par les filigranes sur les timbres sont extrêmement diversifiés. Il est assez rare que deux croix voisines apparaissent sur un même timbre, permettant ainsi de déterminer immédiatement si l'on a affaire à un filigrane debout ou à un filigrane couché.

Parfois, on trouve une seule croix située au milieu du timbre.

C'est alors la forme même de la croix qui indiquera la position du filigrane

Filigrane I (A)

Debout

     


Filigrane II (B)

Couché

       

La constitution du papier (grossier - fin), le gommage (crevassé à fin - craquelé) ou encore la nuance du timbre, constituent un ensemble d'indices qui permettront une détermination sûre.


| Filigrane debout ou couché (1908 - 1912) | Tableaux des différences de prix |