puce

«Orts-Post»

puce

«Poste-Locale»

Les 11 Directions d'arrondissement postal ont été autorisées le 5 avril 1850 par le Conseil fédéral à exploiter un réseau de poste local dans 36 localités importantes. Par la suite, d'autres localités ont suivi.

Le nouveau timbre de 2 ½ Rappen devait être utilisé pour l'affranchissement. Selon la région, il était prévu que les inscriptions soient rédigées en allemand ou en français. 

Lors de la distribution des timbres, l'on ne tint apparemment pas compte des régions linguistiques et les deux variantes ont été distribuées aussi bien en Suisse allemande qu'en Suisse romande.

Suite aux résolutions qui ont décidé la création des émissions «Vaud», «Neuchâtel» et «Winterthur», la Direction générale des Postes décida de continuer à utiliser le système de la lithographie. M. Karl Durheim de Berne en a assuré les travaux d'impression qui lui ont été confiés.

Le motif central en était les armoiries helvétiques entourées de très beaux ornements très appréciés des philatélistes.

M. Durheim a créé une série de timbres qui, par leurs couleurs, leur variétés et leurs oblitérations diverses sont parmi les plus appréciés des collectionneurs.

18 mai 1850 - «Orts-Post» à croix non encadrée

Le 2 ½ Rappen a été imprimé en deux variantes, soit en Allemand avec inscription «Orts-Post» et en Français «Poste-Locale». De ces deux valeurs, il existe également deux variantes : la version dite «Croix encadrée» et celle dite «Croix non encadrée». Cette différence provient de la fabrication de la pierre d'impression pour le tirage en deux couleurs.

 

16 juillet 1850 - «Orts-Post» à croix encadrée

                                                                 

1er octobre 1850 - «Poste Locale» à croix encadrée

                              

Pour le «Poste-Locale», il y a deux impression différentes, soit la gravure fine, avec tous les détails du dessin original et les tirages suivants, d'une qualité d'impression inférieure.

En créant ses timbres, M. Durheim a procédé de la façon suivante : tout d'abord, il grava 40 fois le motif principal du timbre en cinq rangées de 8 timbres, ceci au moyen d'un dessin décalque. A la deuxième étape, il dessina à la main sur la pierre les motifs de fond. Il est de ce fait évident que les 40 timbres présentent des différences.

La croix suisse était mise sur la pierre pour la couleur noire et entourée d'un fin trait noir - soit l'encadrement - qui était prévu comme moyen de guider en quelque sorte la pose à la bonne place de la couleur rouge. En ce qui concerne la préparation de la pierre d'impression, M. Durheim utilisa à deux reprises la pierre originale, ceci afin d'imprimer 80 timbres ensemble. 

Plus tard, il reporta la pierre originale à quatre reprises, ce qui a donné des feuilles de 160 timbres. Après un premier décalque sur la pierre pour l'impression en rouge, il ne lui restait plus qu'à remplir l'espacement de l'écusson avec de l'encre lithographique. Là, entrait en jeu l'encadrement qui devait faciliter le centrage de la croix.

M. DURHEIM procéda un certain temps de cette façon.

Par la suite, il ombra encore la croix, pensant qu'il améliorait la décoration des timbres «Orts-Post» et «Poste-Locale». Il est vraisemblable que la poste pour une raison encore inconnue à ce jour, demanda à M. Durheim de supprimer les encadrements, ce qui fut fait assez tardivement et directement sur la pierre d'impression.

1851 - «Poste Locale» à croix non encadrée

Les «Orts-Post» et «Poste-Locale» à croix non encadrée sont effectivement plus rare à trouver oblitérés et pratiquement introuvables à l'état neuf. D'ailleurs, ces timbres appartiennent à la catégorie des grandes raretés suisses.

 

Lors de la reprise des postes cantonales, on a continué à travailler avec du matériel utilisé auparavant. Suite à un nouveau règlement, on a autorisé l'annulation des timbres au moyen des cachets à date.

Dès le mois d'octobre 1850, il était prescrit que les cachets PP (port payé) et PD (payé destination) ou le cachet FRANCO devaient être employés pour oblitérer les timbres.

Les petits dépôts de poste qui ne possédaient pas de tels cachets annulaient les timbres à la plume. C'est le bureau de poste voisin qui apposait les cachet réglementaires.

Le tirage du nombre d'exemplaires des «Orts-Post» et «Poste-Locale» est inconnu.

Période de validité des timbres de transition, jusqu'au 30 septembre 1854.


| Orts-Post - Poste Locale | Rayon I bleu foncé - Rayon II jaune |

| Rayon I bleu clair - Rayon III rouge |