puce 1882 - Papier blanc - Marque de contrôle I
puce 1882 - 1899 - Papier mêlé - Marque de contrôle I

Un grand nombre de timbres-poste furent utilisés dans les années 1870. Entre 1877 et 1878, les chiffres de vente ont augmenté de 30 %. Cela provient du fait que l’affranchissement des paquets au moyen de timbres-poste a été rendu obligatoire.

Le procédé de fabrication en typographie-relief étant toujours en vigueur, les timbres revenant chers et le délai de production étant assez long, il fallut bien trouver une solution.

En 1879, la Direction générale des Postes chargea le professeur Haser de Stuttgart de créer un série de onze nouvelles valeurs en impression typographique seulement.

Lors de la soumission des projets, il fut choisi la série de timbres appelée «Croix et chiffres».

Pour l’impression, l’imprimerie bernoise Stämpfli avait déjà proposé ses services dans le courant de l’année 1878.

Toutefois, le projet Haser prévoyait deux très fines lignes d’encadrement. Lors de la frappe des clichés, il s’est avéré que celles-ci cassaient souvent.

Pour remédier au problème, ce travail fut confié au graveur Burger de Berne.

En mai 1881 seulement, les projets définitifs furent adoptés par la Direction des Postes et l’imprimerie Stämpfli put enfin livrer dans le courant du mois d’octobre la première commande de 34 millions de timbres. Ces timbres ont été distribués dès le 1er avril 1882 dans les guichets postaux, soit :

1er avril 1882 - Papier blanc - Marque de contrôle I

1882 - Valeurs 2 - 5 - 10 - 12 - 15 centimes

Papier mêlé - Marque de contrôle I

Il était prévu une émission sur papier mêlé, mais de nouvelles difficultés dans la livraison de ce papier contraint l’imprimerie à utiliser encore le papier blanc disponible de l’émission précédente. 

Par la suite, de 1882 à 1889, l'émission sur papier mêlé avec la marque de contrôle type I a été diffusée. Seule une nouvelle valeur, un 3 centimes gris a été émis :

1882 / 1889 - Valeurs 3 - 5 - 10 - 12 - 15 - 15 centimes

En 1887, la Direction sanitaire de Berne fit savoir que la couleur jaune du timbre 15 centimes était dangereuse car elle contenait de l’oxyde de fer et de l’acide chromique.

Une série d’expériences concernant la couleur jaune furent donc faites par l’imprimerie. Malheureusement, on ne trouva pas de mélanges qui fussent aisément imprimés. On se résigna donc à une autre couleur.

Le 15 centimes jaune devint lilas

Ces expériences avec la couleur jaune ont toutefois donné du plaisir aux collectionneurs. En effet, il existe en très petite quantité, un 15 centimes «jaune-orange». Ces timbres ont presque tous été mis en vente dans des bureaux postaux des environs de Zurich. Les exemplaires oblitérés sont très rares, mais pas autant que les neufs que l’on peut compter sur les doigts de la main.


| 1882 - Papier blanc - Marque de contrôle I - 1882-89 - Papier mêlé - Marque de contrôle I |

| 1894-99 - Papier mêlé - Marque de contrôle II - 1906 - Papier mêlé filigrane "Grande croix" |