puce

«Colombe de Bâle»

Le 21 janvier 1843, le même jour où le Conseil d’Etat de Zurich acceptait l’introduction des marques de franchises, les autorités bâloises faisaient parvenir une demande au directeur des Postes cantonales, M. Bernouilli Johannes d’effectuer la diffusion des «franco-étiquettes» projetées par lui.

Elle furent mises en circulation le 1er juillet 1845.

La colombe de Bâle qui n’est pas un timbre rarissime a été crée par l’architecte Melchior Berry. Ce timbre fut gravée au burin sur du cuivre. Son créateur n’aurait jamais pensé que cette petite «vignette franco» comme l’appelaient les postes bâloises deviendrait si populaire.

C’est l’imprimeur allemand Krebs de Frankfurt am Main qui a réalisé ce timbre. Il a utilisé un procédé en typographie et en trois couleurs. Le timbre a été imprimé en relief sur du papier fort. Les feuilles étaient composées de quarante pièces (cinq rangées de huit timbres).

Ce timbre a été tiré à 41'480 exemplaires.

1er juillet 1845 - La «Colombe de Bâle»

Au prix de 2 ½ Rappen, le timbre couvrait les frais de port pour l’acheminement de lettres simples à l’intérieur de la ville. Pour des lettres plus conséquentes ou pour celles qui devaient être livrées dans les trois communes extérieures, deux «Colombe de Bâle» étaient nécessaires.

 

La «Colombe de Bâle» - bleu vif            

Il existe deux nuances typiques provenant des différents tirages. La «bleue» qui a un relief bien marqué et la «bleu vif» dont la couleur est particulièrement appréciée des collectionneurs. Il existe également des essais, vermillon et gris noir.

 

Essai «Colombe de Bâle» - vert - vermillon et gris noir    

Clichés d'impression

Les clichés de la plaque d'impression du noir étaient souvent très proche les uns des autres. Le rouge du cadre, souvent décalé, remplissait fréquemment sur un ou deux côtés l'espace étroit qui séparait un timbre de l'autre. 

Les exemplaires présentant une bordure blanche sur tout le pourtour du timbre sont très rares. 

 

Bloc de 15 - Plus grand bloc connu de la «Colombe de Bâle»

Une des grandes raretés est le fameux bloc de quinze (plus grand bloc connu) qui se trouve actuellement au Musée des PTT à Berne.

On suppose qu’il fut découvert par un menuisier ou un brocanteur à l’intérieur d’un ancien secrétaire. La maison ZUMSTEIN acheta ce bloc et le revendit à un collectionneur nommé Duveen qui habitait en Angleterre. Par la suite, un Américain nommé A.F. Liechtenstein en fit l’acquisition. Puis, grâce à M. E. Muller, la collection de l’américain fut rapatriée en Suisse et M. Ivan Bally, domicilié à Schöenenwerd acquit ce fameux bloc. Il fit encore partie d’une autre collection particulière avant d’appartenir définitivement au Musée des PTT à Berne, lieu où il est actuellement exposé.

Période de validité de la «Colombe de Bâle», jusqu'au 30 septembre 1854.

 


| Zurich 4 & 6 | Zurich 4 & 6 (suite) | Double de Genève | Double de Genève (suite) |

| Colombe de Bâle |