puce

«Petit aigle»

puce

«Grand aigle»

puce

«Enveloppes»

puce

«Fragment d'enveloppe»

1er avril 1845 - Petit Aigle (port cantonal)

Les espoirs mis par l'administration par l'introduction des timbres à titre de mesures simplificatrices, ceci malgré le rabais accordé, furent déçus.

C'est alors que M. Barde, ministre des finances proposa de réduire le port cantonal à 5 centimes, donc ramené au prix du port local.

Pour ces motifs, un nouveau timbre de 5 centimes fut créé et mis en vente le 1er avril 1845, le «Petit aigle» avec la mention «POSTE DE GENEVE, PORT CANTONAL».

Le rabais à 4 centimes a été maintenu, soit un prix inférieur à la valeur d'affranchissement.

Impression des timbres

M. Schmid livra 1200 feuilles de 100 timbres «Petit aigle», soit 120'000 exemplaires. Malheureusement, lors de la confection des planches d'impression, le lithographe Schmid avait mis ces nouveaux timbres trop près les uns des autres. Pour ce motif, il était impossible de découper une pièce sans en abîmer le timbre voisin.

La dernière date d'utilisation connue du «Petit aigle» est le 6 juin 1852.

20 décembre 1846 - Grand aigle (port cantonal)

La révolution de 1846 amena un changement à la direction de la poste genevoise. M. Guillaume Pasteur fut remplacé par M. Jean-Jacques Darier. Vers la fin de l'été de la même année, la provision du «Petit aigle» tendait à s'épuiser. Le directeur de la poste chargea alors le lithographe Schmid de confectionner une nouvelle planche de timbres, plus espacés et mieux alignés. L'aile de l'aigle fut agrandie par le graveur, d'où le nom du timbre.

La planche portait les mêmes inscriptions que celle du «Petit aigle».

Impression des timbres

Le 20 novembre 1846, M. Schmid a livré 1200 feuilles, soit 120'000 timbres.

La première date connue d'utilisation est le 20 décembre 1846 et la dernière, le 10 février 1854.

22 août 1848 - Grand aigle - Changement de couleur - vert foncé (port cantonal)

Au milieu de l'été 1848, la provision du «Grand aigle» était sur le point d'être épuisée d'où une nouvelle commande à M. Schmid qui ne disposait plus du même papier que précédemment. Pour produire ce timbre, le lithographe a utilisé la même planche que le précédent «Grand aigle», mais il l'a imprimé sur du papier vert foncé.

 

500 feuilles de 100 timbres ont été livrées le 22 août 1848, soit 50'000 exemplaires.

 

Dès le 1er octobre 1849, l'arrêté fédéral sur les taxes postales met en vigueur le nouveau taux de change. Les «Aigles» restent valables et sont vendus au prix de 4 centimes qui ne correspond plus à un rabais, mais à la valeur effective du timbre-poste en raison du nouveau taux de change. Le nouveau taux de change pour le port cantonal a passé à 7 centimes. Comme il n'y avait pas de timbres-poste de cette valeur nominale, une marque de 3 centimes a été confectionnée pour être apposée sur la lettre, à côté du timbre.

Les enveloppes timbrées (27 février 1846)

Prenant exemple sur l'Angleterre, le Département genevois des finances proposa de faire l'achat de 10'000 enveloppes gravées aux armoiries de Genève, ceci au prix de 5 centimes.

Depuis le 27 février 1846, les enveloppes de la poste genevoise avec timbre imprimé étaient terminées.

Le dessin de l'écusson diffère de celui du «Petit aigle». L’aile de l'aigle est plus large. D'ailleurs, il servira de modèle pour le timbre «Grand aigle».

Imprimés sur un papier blanc crème, les détails des armoiries sont bien visibles.

Aucune réduction n'a été accordée sur la vente de ces enveloppes confectionnées en trois différents formats :



Ces enveloppes furent livrées par le lithographe SCHMID au nombre de 40'000, ceci le 27 février 1846, alors que la commande portait sur 10'000 enveloppes. La cause inconnue de cette conséquence eut pour effet un grand nombre d'enveloppes invendues.

1er juin 1849 - Fragment d'enveloppe utilisé comme timbre

Comme vu précédemment, les habitants de Genève se refusaient à utiliser les enveloppes timbrées pour leur courrier privé. En raison de leur nombre élevé, l'autorisation fut donnée le 1er juin 1849 de pratiquer la découpe des timbres imprimés qui pouvaient être utilisés comme des timbres ordinaires, ceci afin de pouvoir écouler le stock des invendus et réduire la perte.

Cette émission est appelée «Découpure» par les collectionneurs. Il s'agit de pièces de valeur car leur utilisation a été rare.

Période de validité des timbres «Double de Genève» - «Petit aigle» - «Grand aigle» - «Enveloppes et fragments», jusqu'au 30 septembre 1854.


| Zurich 4 & 6 | Zurich 4 & 6 (suite) | Double de Genève | Double de Genève (suite) |

| Colombe de Bâle |