puce

«Double de Genève»

puce

«Demi-double gauche»

puce

«Demi double droit»

puce

«Rosettes»

En 1843, M. Alphonse de Candolle propose l'introduction du timbre-poste adhésif apposé par l'expéditeur. L'idée de Sir Rowland Hill, devenue réalité en Angleterre depuis 1840 arrive donc en Suisse. Zurich et Genève sont les premiers cantons à l'appliquer. Le canton de Bâle suivra en 1845.

30 septembre 1843 - Double de Genève (port cantonal)

Le nom du «Double de Genève» a été donné par l'Administration postale cantonale de Genève. Le «Double de Genève» est le quatrième timbre émis au monde et le troisième en Europe.

Dans sa séance du 13 juin 1843, le Département des finances proposait au Conseil d'Etat d'adopter le principe des timbres ou enveloppes.

Dans sa séance du 13 septembre 1843, le Conseil d'Etat a autorisé la diffusion des marques d'affranchissement pour le 30 septembre 1843, soit un seul timbre au prix de 10 centimes pour le port cantonal, en excluant la commune de Céligny et en faisant usage de la moitié de cette vignette pour le port local.

Le 26 septembre 1843, le Président du Département des finances avisait que les timbres étaient prêts. Il a publié dans la «Feuille d'Avis de la République et Canton de Genève» : «Les timbres seront en vente dans les bureaux de poste dès le 30 septembre 1843, ceci à Genève et à Carouge, à raison de :

... Deux timbres réunis affranchiront une lettre pesant moins d'une once (environ 30 grammes), expédiée d'une commune pour une autre commune du canton». 

«Demi-double gauche» - «Demi double droit»

 

Un seul timbre affranchira une lettre mise à la poste pour l'intérieur de la même commune, par exemple à Genève pour Genève, à Carouge pour Carouge, etc.

L'Administration maintient la faculté précédemment accordée de pouvoir affranchir à moitié prix pour l'intérieur du canton une quantité d'au moins vingt lettres à la fois».

Impression des timbres

Le «Double de Genève» était reproduit cinquante fois sur la pierre d'impression, impression qui avait lieu sur du papier vert coloré dans la masse. Le lithographe Schmid, imprimeur de tous les timbres du Canton de Genève livra 1200 feuille à la Poste cantonale genevoise. Le tirage a donc été de 60'000 exemplaires.

Le 2 novembre 1843, le lithographe Schmid a établi la facture suivante :



A ce jour, les dates extrêmes d'utilisation connues sont pour :

Le «Double de Genève», le 3 novembre 1843 et le 8 janvier 1850.

Le «Demi-double», le 14 octobre 1843 et le 9 septembre 1854.

Débit des timbres

La façon de débiter la bande de timbres a parfois conduit à des anomalies de la séquence des timbres, reconnaissable au bandeau supérieur «Port cantonal» qui surmonte deux timbres.

        C'est le «Double de Genève» intervertit.

Mise en service des timbres

La mise en service des timbres ne se passa pas aussi bien que l'avait pensé son créateur M. Alphonse de Candolle. A part un petit nombre de genevois qui voulut bien affranchir son courrier par ce moyen, les autres ne s'adaptèrent pas facilement à cette nouveauté. Un nombre restreint de lettres fut muni de timbres-poste avant l'expédition de la ville pour une autre commune. En 1844, sur 81'045 envois, seuls 5383 furent affranchis avec un «Double de Genève». 2'188 sommations du juge de paix furent envoyées pour correspondances impayées.

Il faut savoir que le port des lettres non affranchies était payé par le destinataire avant la mise en service du «Double de Genève». De plus, l'affranchissement d'une lettre passait pour une impolitesse. Les gens avaient peur de donner au destinataire l'impression que l'on sous-estimait dédaigneusement sa situation financière.

Pour remédier à cette situation, à partir du 1er mars 1844, la poste vendit le demi-timbre de 5 centimes au prix de 4 et le timbre entier au prix de 8 centimes, alors que le port pour les lettres non affranchies restait inchangé.

Cette action n'eut pas le succès escompté. En 1845, on ne trouvait toujours qu'un cinquième des lettres affranchies.

C'est alors que les Postes décidèrent d'introduire le 1er avril 1845 une taxe unique d'acheminement. Le factage des lettres de moins de 3 onces coûtait à présent 5 centimes pour tout le canton.

Oblitérations

Les timbres de Genève ont été oblitérés au moyen de différentes rosettes dites de Genève et Carouge.

Celles-ci sont classées selon leur ordre chronologique d'utilisation au guichet de Genève.        


No 1 -  A Genève en rouge, du 30.09.1843 au 13.06.1848 

No 1 -  A Carouge en rouge, du 30.09.1843 au 02.06.1850 


No 2 -  A Genève en rouge, du 14.06.1848 au 20.10.1849 


No 3 -  A Genève en rouge, du 21.10.1849 au 21.01.1852 


No 4  - A Genève en rouge, du 22.01.1850 au 31.12.1850 

No 4 -  A Genève en noir, du 01.01.1851 au 16.01.1851


No 5 -  A Carouge en rouge, du 03.06.1850 au 31.12.1851 

No 5 -  A Carouge en noir, du 01.01.1851 au 30.07.1851

No 5 -  A Genève, en gris-bleu, du 17.10.1854 au 22.10.1854 


| Zurich 4 & 6 | Zurich 4 & 6 (suite) | Double de Genève | Double de Genève (suite) |

| Colombe de Bâle |