puce

«Zurich 4»

puce

«Zurich 6»

Essais

Différents essais avaient été proposée avant l’adoption du type définitif. On connaît, entre autres, celui qui avait été présenté par M. Esslinger, lithographe. La différence avec le modèle qu’on exécuta consistait dans le millésime 1843 dont les quatre chiffres étaient disposés aux quatre angles du timbre.

Le journal Timbre-poste No 32 de 1865 a également signalé deux essais conservés dans une collection anglaise et portant le millésime dans les coins du timbre. La valeur était indiquée en allemand : vier rappen, sechs rappen et le fond quadrillé du 4 rappen était entouré d’un cadre ovale portant sur les côtés la mention de la valeur et les mots «Local-Taxe».


Réimpressions de 1862

En septembre 1862, l’ambassade de France a demandé à la Direction générale des postes de lui fournir quelques anciens timbres suisses, et écrivit à Zurich en priant la Direction des postes de ce canton de lui envoyer un certain nombre d’exemplaires des anciens timbres zurichois. Le 30 septembre, la Direction de Zurich répondit qu’il ne lui restait aucun timbre ancien, mais que les pierres lithographiques qui avaient servi à leur fabrication existaient encore. La Direction générale intima, le 6 octobre, l’ordre de détruire immédiatement ces pierres.

Zurich fit remarquer, dans une lettre en date du 12 octobre que l'on pourrait, pour obtempérer au désir de l'ambassade française, tirer quelques feuilles de timbres à l'aide de ces pierres, avant de les détruire. Berne répondit le 14 octobre ce qui suit :

Afin de faire droit dans une certaine mesure à la demande de l'ambassade française, tendant à avoir quelques échantillons d'anciens timbres, nous vous autorisons, en réponse à votre lettre du 12 courant, à faire une épreuve des pierres lithographiques qui se trouvent encore chez vous, cela sur papier-poste ordinaire, et d'en envoyer quelques exemplaires à l'ambassade française. Le reste sera envoyé à notre collection officielle. Les pierres devront après cela être effacées et vendues selon notre ordre du 6 courant.   

D'après une notice du 18 octobre 1862, il a été réimprimé 120 timbres de 4 rappen et 400 timbres de 6 rappen.

                                                                                                       4 rappen             6 rappen

                                                                                                       -------------             -------------

                                                                                                         120                      400

Voici l'explication de ces différences dans le chiffre du tirage des deux sortes de timbres :

On réimprima quatre feuilles de chaque valeur et, les planches complètes étant de cent timbres, on aurait dû obtenir quatre cents timbres de chaque espèce. Si la réimpression des 4 rappen n'atteignit pas ce nombre, comme celle des 6 rappen, c'est que, sans doute à cause de l'usure de la pierre, on ne put pas employer la partie de cette pierre qui comprenait, outre les dix premières rangées de cinq timbres, les types 1 et 2 des dix autres rangées. Le tirage de 1862 ne porta donc que sur dix rangs de trois timbres répondant aux types 3, 4 et 5, soit trente timbres par feuille et cent vingt en tout.

 

La collection officielle de la Direction générale des postes a malheureusement disparu. Il a cependant été trouvé dans les archives postales une partie d'une feuille des 6 rappen.

Ces timbres sont comme cela avait été prescrit, imprimés sur un papier plus mince que le papier original et n'ont pas de lignes rouges. En outre, l'impression est plus ou moins défectueuse, et d'un ton tirant sur le gris.

Les pierres lithographiques des 4 et 6 rappen, après avoir été effacées, ont d'après une note des archives fédérales, été vendues en octobre 1862 à M. Fretz, lithographe à Zurich.


Les affranchissements

En ce qui concerne le 4 Rappen, celui-ci était utilisé pour l’affranchissement d’une lettre pour la ville ou dans le rayon local. La ville comprenait entre autres les circonscriptions de Aussershil – Enge – Neuenmünster et Unterstrass.

 

Il est vraisemblable que les expéditions locales étaient minimes et que les 4 Rappen étaient moins utilisés que les 6 Rappen qui servaient à l’affranchissement du courrier intérieur du canton.                         

          

 

Les postes de la ville de Zurich utilisaient l’encre rouge alors que les bureaux du canton se servaient de l’encre noire.


Cachet d'annulation des timbres

Le cachet d’annulation en forme de croix suisse dans un trèfle est connu sous le nom de «Rosette de Zurich». 

             

 

Période de validité des timbres cantonaux, jusqu’au 30 septembre 1854.


| Zurich 4 & 6 | Zurich 4 & 6 (suite) | Double de Genève | Double de Genève (suite) |

| Colombe de Bâle |