puce

1960 - 1968 - Histoire postale et monuments historiques, papier blanc  

puce

1960 - Europa

En 1960, pour choisir la série des timbres courants, les PTT revinrent sur le concours de 1942. C'est le graphiste Werner Weisskönig, qui avait créé des projets pour une série de «Villes», qui fut choisi pour réaliser, en collaboration avec Hans Hartmann, une série dédiée à des monuments historiques de différentes époques. Des motifs de l’histoire postale furent choisis pour les petites valeurs de 5 à 10 centimes.

Le choix des bâtiments ayant été fait, il s'agissait tout simplement de s'en tenir à la réalité dans l'exécution des motifs. Mais, pour des raisons graphiques, des changements s'imposèrent.

C'est ainsi qu'on trouva le timbre de 40 centimes, représentant la cathédrale de Genève, avec la tour à la mauvaise place et la cathédrale de Bellinzone avec sa tour sur le côté droit au lieu du gauche. Ces erreurs provoquèrent pas mal de commentaires de la part du public. La gravure des petites valeurs du 5 au 20 centimes a été exécutée par Heinrich Heusser, d'Oberägeri, alors que les autres sont I'oeuvre d'Albert Yersin, de Saint-Sulpice.

Les différents changements de taxes ont permis, durant cette époque, de compléter cette série des monuments historiques de facon à satisfaire les différentes régions et cantons de notre pays, en créant des timbres qui représentent les édifices les plus typiques.

Pendant la durée de validité de cette série, les PTT recherchèrent une rationalisation et une simplification du travail sur le plan technique. C'est ainsi qu'avec cette émission des monuments, les philatélistes peuvent trouver un important changement dans le papier qui, jusqu'alors blanc, est sorti avec un revêtement luminescent sous les rayons ultra-violets.

Pour accélérer la distribution et le décompte des timbres dans les bureaux de poste, on a installé des automates, dans lesquels sont utilisés des timbres en rouleaux. Ceux-ci sont numérotés à raison d'un tous les cinq timbres, au moyen d'un chiffre imprimé au verso.

L'utilisation des automates prit un grand essor à la fin des années 1950 et l'on décida de mettre d'autres repères sur les timbres en rouleaux. Il fallut attendre plus d'une demi-année pour que les collectionneurs découvrent ces nouvelles marques sur la dernière émission.

Ainsi, sur le timbre de 5 centimes représentant le messager de Fribourg, il manque un trait sur la lance, derrière la main. Sur le 10 centimes, messager de Schwyz, le clou qui tient la pointe de la lance fait défaut. Le messager à cheval, 20 centimes, a également un défaut dans le harnais, où le dernier clou près de la queue a été supprimé. Sur le timbre de 50 centimes, c'est la partie de droite au-dessus du porche à laquelle il manque un trait.

Les timbres en rouleaux existent également sur papier blanc et sur papier fluorescent.

Histoire postale et monuments historiques - Nos 355 à 372

 

  


C'est en 1960 que fut émis le motif commun, la roue, sélectionné par concours, et créé par le Finlandais P. Rahikainen. 

Europa - Nos 373 et 374


| Pestalozzi - Poste automobile - Centenaire des chemins de fer suisses |

| Constitution suisse - Paysages |

 | Centenaire des postes fédérales suisses - 75 ans de l'UPU | Technique et paysage |

| 100 ans de télécommunications en Suisse - Aéroport de Zurich - Poste alpine - 1954 / Commémoratifs et propagande |

| 1955 - 57 / Commémoratifs et propagande |

| Europa - Commémoratifs et propagande - Conférence atomique - Motifs historiques |

 | 1959 / Commémoratifs de propagande - Europa - Conférence européenne des PTT - 1960 / Commémoratifs et propagande |

| Histoire postale et monuments historiques - Europa |