puce

La correspondance

puce

Les boîtes aux lettres

puce

Création du timbre-poste

La correspondance

Personne ne sait quand la première lettre fut écrite. Parmi les première, il y a celle de David à Urie et celle citée par Homère, de Bellérophon. Ce dernier fut dépêché par le roi Proetos auprès de son beau-frère, Lobatès, pour lui remettre une tablette gravée de signes que Bellérophon ne pouvait comprendre. Le roi l'y accusait du meurtre de son frère et d'un amour coupable pour son épouse, Antée. Il ordonnait à son beau-frère de mettre le messager à mort. 

Dès le XIIIème siècle, on trouve facilement du papier. Celui-ci permit à de vastes cercles de la population, surtout de la classe moyenne, de correspondre. Le résultat a été un rapide développement de la culture en Europe. L'écriture n'était plus exclusivement pratiquée dans les cours ou dans les cloîtres. Ce furent d'abord les marchands qui pratiquaient une correspondance régulière. Puis, dès le XVIIème siècle, les femmes les imitèrent. L'envoi et la réception de lettres étaient de bon ton et considérés comme une preuve de haute culture. Au XVIIIème siècle, ce bon ton devint une obligation sociale qui provoquait maints soupirs en raison du coût élevé des taxes postales.

Le Français devint la langue usuelle de la correspondance. Celui qui le maîtrisait pouvait passer pour raffiné. La population se servait aussi de guides imprimés en latin, en allemand, en anglais, en italien, mais de préférence en français. A part la correspondance ecclésiastique, le latin disparut presque entièrement et devint langue morte. 

L'accroissement des échanges de courrier stimula la lecture et l'écriture dans de larges couches de la population. Toutefois, beaucoup de personnes ne savaient ni lire, ni écrire. Jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, existait la profession d'écrivain public. Lorsque les gens avaient reçu une lettre, ils se rendaient auprès de lui, se la faisaient lire et lui dictaient leur réponse, ceci moyennant une modeste contribution. 

 


Les boîtes aux lettres

La première boîte aux lettres

Contrairement à ce que l’on peut penser, l’invention de la boîte à lettre n’est pas anglaise et ne vit pas le jour en même temps que le premier timbre-poste. L’invention à usage postal est l’œuvre d’un Français, M. Renouard de Vellayer. La première expérience fut tentée à Paris en 1653, sous le règne du Roi Louis XI. Toutefois, ces boîtes aux lettres ne servirent pas longtemps, car les conditions de vie d’alors étaient précaires. Elles étaient souvent spoliées et on y trouvait des immondices. Des souris, souvent introduites par jeu, se chargeaient de ronger les lettres, les dévorant même complètement.

Il est bien entendu que la pose de boîtes aux lettres s’est développée avec l’introduction du timbre-poste au fur et à mesure de l’accoutumance du public à l’envoi et à la réception du courrier sans autre formalité.


Création du timbre-poste  

En Angleterre, dans les années 1830, les taxes postales élevées déplaisaient à la population anglaise et les articles de presse défavorables à l’organisation postale obligèrent le gouvernement, en 1837, à charger une commission afin d’examiner la question. 

Un membre de cette dernière, Sir Rowland Hill publia cette même année un document, «The Post Office Reform, its importance and practicability», dans lequel étaient proposées diverses améliorations : paiement du port par l’expéditeur au moyen de timbres-poste – introduction d’un port unique d’un penny comme taxe de base, ceci indépendamment de la distance. 

Rowland Hill

Jusqu’en 1839, Sir Rowland Hill a du mener une longue bataille afin que le Parlement accepte ses propositions, alors considérées comme utopiques. Toutefois, le 6 mai 1840, tout était prêt : les premières lettres munies de timbres-poste étaient expédiées.


Choix du dessin définitif

Le choix du dessin définitif s'est porté sur un médaillon commémoratif vendu à l'occasion de la visite de la reine Victoria à la cité de Londres, le 9 novembre 1837. Il a été gravé par William Wyon, maître-graveur des sceaux de la reine et graveur des monnaies. 

 

 


Graveurs

Charles Heat et son fils Frédéric sont les auteurs de la gravure du poinçon original du  premier timbre de Grande-Bretagne et du monde.


| De nos ancêtres aux Chinois - Histoire de la poste

| La correspondance - Les boîtes aux lettres - Création du timbre-poste |