puce

De nos ancêtres aux Chinois

puce

Histoire de la poste

L'écriture

La première écriture a été les dessins faits par nos ancêtres. Gravés ou dessinés sur les rochers ou les parois des cavernes, ils relataient des scènes de chasses couronnées de succès, d’expéditions guerrières, etc.

Des dessins, nous arrivons à la figure, c’est-à-dire à l’écriture rébus. Les dessins primitifs représentent dès lors les éléments pour composer une phrase. Pour les hommes de l’époque, ils sont devenus des mots. A partir du dessin, graduellement s’est formé l’alphabet.

L’homme a donc d’abord appris à écrire sous forme de dessins et de figures, ensuite par l’application de tout un alphabet. Cette écriture était gravée sur des tablettes de bois, de cire, d’argile ainsi que sur des peaux d’animaux. Les chinois se seraient servis de la soie, ce qui nous ferait remonter à 2000 ou 2500 ans avant J.-C.

Ecriture cunéiforme de la fin de l'époque sumérienne

sur tablette d'argile, vers 2095 avant J.-C. 

Les origines de la lettre se confondent avec celles de l'écriture. Dans la haute Antiquité, les Assyriens et les Grecs communiquaient déjà à l'aide de tablettes de pierre ou d'argile, sur lesquelles ils gravaient leurs messages. Ces tablettes étaient transportées à découvert et n'étaient donc pas emballées.

Le secret de la correspondance n'en était pas moins sauvegardé, puisque seules quelques personnes étaient capables de déchiffrer l'écriture.

Quant aux égyptiens, ceux-ci utilisèrent le papyrus qui a donné son nom au papier. Celui-ci fut inventé par les chinois quelques années avant notre ère. Ils furent les premiers à former une feuille souple et polie par feutrage de fibres végétales.

De la Chine, l’industrie du papier arriva en Europe. Toutefois, chez nous, l’emploi du papier ne se généralisa qu’au XIIIème siècle. 

Mais lorsqu'on se mit à écrire sur des matériaux plus souples, comme le papyrus égyptien, les tablettes de cire romaines, le papier de riz chinois ou le parchemin en usage au Moyen-Âge, l'expéditeur commença à enrouler ou à plier la lettre et à la fermer à ses extrémités par des rubans assemblés et tenus par des cachets d'argile ou de cire.

Papyrus égyptien avec sceau en argile, reproduction

Le même procédé fut utilisé plus tard pour fermer les côtés ouverts des feuilles pliées en quatre.


Cire à cacheter

Au 15ème siècle, l'argile et la cire firent place à la cire à cacheter qui nous était venue de Chine, comme le papier. Jusqu'aux environs de 1830, la cire à cacheter était pour la lettre un moyen de fermeture universel et le demeura même après l'apparition des premières enveloppes.

L'enveloppe gommée ne fut inventée qu'en 1880 de sorte qu'on ne cacheta plus par la suite que les lettres d'amour et les envois de valeur.

 

Parchemin avec sceau en cire dans
une capsule en bois, probablement
du 17ème siècle


Le matériel d'écriture

On écrivait au burin et au style dans l'argile et sur les tablettes de cire, au pinceau sur le papyrus et, à ses débuts, aussi sur le parchemin. Ce n'est qu'au 14ème siècle, lorsque le parchemin lisse amélioré et le papier dit de chiffon commencèrent à être utilisés en Europe, qu'on écrivit avec d'autres instruments.

Etui pour plume d'oie avec lame pour

la tailler et cachet à l'extrémité, vers 1800

Au fil des années, on essaya toutes sortes de moyens allant du roseau taillé à la plume métallique en bronze et en cuivre en passant par les plumes d'oiseaux (oie, cygne, etc.) et les pointes de bois dur, jusqu'à ce que l'Angleterre se mette à fabriquer industriellement des plumes métalliques en 1820.


Le destinataire

Une fois que la lettre était pliée ou mise sous enveloppe, il fallait encore y écrire l'adresse du destinataire. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le nom du destinataire était assorti d'interminables formules de politesse et de toutes sortes de titres. Avant et même pendant le 18ème siècle, on traçait à côté de l'adresse une croix signifiant qu'on plaçait la lettre sous la protection divine. Plus tard, d'autres indications, telles que «Courrier spécial», «Chargé», «Route de Bâle», etc., apparurent sur les lettres.

Pli avec diverses indications de taxes, adressé à

Samuel Sigmund Fischer von Reichenbach, intendant général

des postes et ancien capitaine de cavalerie de l'armée prussienne,

de Brandenbourg à Berne, 20 mars 1819


Bureau d'origine et date de dépôt

Au 17ème siècle, les cachets postaux portaient uniquement le nom du bureau d'origine.

La date de dépôt n'y apparut qu'à partir de 1830; une certaine standardisation se produisit vers 1840 après l'introduction des timbres-poste Au début, on indiquait les taxes de transport au verso des lettres; elles se composaient de différentes monnaies et se calculaient sur la base de diverses unités de poids.

Lettre de Vaulruz (Fribourg) à Neuchâtel avec cachet de

route «ROUTE DE VEVEY» pour le parcours jusqu'à Bulle,

20 mai 1853


Cachet de rosette de la Ville de Genève, vers 1845

Cachet losangique vers 1850

Etui pour allumettes avec
compartiment pour timbres en
forme de pendentif, vers 1900


Histoire de la poste

Suisse, réseau «cursus publicus»

Les égyptiens avaient déjà créé un système postal vers 2500 avant J.-C. avec des liaisons de Memphis à Carthage, jusqu’en Nubie, en Ethiopie et en Asie-Mineure. Au  8ème siècle avant J.C., la bible fait mention de messagers de poste. Dans l’Empire romain, l’organisation de la poste atteignait un niveau supérieur. Bien développé sous l’empereur Auguste et appelé le «cursus publicus», il consistait en routes bien entretenues qui reliaient entre elles les grands centres de l’empire. Tout au long des routes, des «statio posita» (stations de postes) étaient installées à des distances déterminées. Les relais pour changement de chevaux étaient appelés «mutationes». Avec la chute de l’empire romain, le «cursus publicus» est tombé dans l’oubli.

Tablette de cire romaine avec capsule pour le sceau et style de Vindonissa, vers 100 après J.-C.


Messagers                                                                                

Au XIIIème siècle, on rétabli le «cursus publicus» principalement pour les souverains, ceci à des fins politiques, administratives ou militaires. Au XIIIème siècle, il y eut également un grand développement culturel au sein des monastères et des universités, d’où un besoin de communiquer avec les principaux centres culturels européens. En plus des messagers d’Etat, apparurent des messagers religieux et universitaires. Contre une redevance, ceux-ci acceptaient de transporter les lettres des particuliers.

Avec le développement du commerce, les corporations et les associations de commerçants créèrent des services réguliers de messagers. Les commerçants Fugger d’Augsburg, la République de Venise et la famille Visconti de Milan organisèrent des services de poste.

En Suisse, les corporations des villes de Bâle, Zurich, Schaffhouse, Genève et tout particulièrement St-Gall établirent des estafettes régulières.

Une importante innovation fut introduite en 1480. Les lignes postales étaient dorénavant mises à la disposition des particuliers et le successeur de Louis XI, Charles VIII, ordonna en 1495 que le transport de correspondance privée fît dorénavant partie des devoirs de la Poste d’Etat. Ce qui donna une conséquence fondamentale pour l’organisation de la poste.

Dans une situation politique difficile, le Saint-Empire développait la même politique malgré que l’organisation d’un service de poste fut rendu ardu. Malgré l’opposition de nombreux princes plus ou moins souverains, l’empereur Maximilien demanda la collaboration de la famille Tassis, noble famille italienne, laquelle avait déjà joué un rôle important lors de l’introduction de la poste des Visconti.

    Léonard de Tassis

En 1543, Léonard de Tassis fut nommé inspecteur général des postes par Charles V. Cette fonction fut conservée par les Tassis jusqu’à la chute de l’empire en 1806. Par la suite, ils assumèrent la régie des postes dans divers pays allemands. (Le service postal issu de la famille des Tassis est connu sous le nom de Tour et Tassis ou Thurn et Taxis).


| De nos ancêtres aux Chinois - Histoire de la poste

| La correspondance - Les boîtes aux lettres - Création du timbre-poste |